Les styles brassés en Tchéquie

Avant de se lancer dans l’exploration de la Tchéquie brassicole, voici un aperçu des termes que vous allez voir et revoir sur les ardoises de tous les pubs et brasseries là-bas.

Il faut d’abord comprendre que les bières en République Tchèque sont classifiées par couleur et par degrés Plato. Les trois couleurs régulièrement au menu sont la Světlé (blonde), la Polotmavé (rousse) et la Tmavé (brune-noire), aussi appelée Černé. Les degrés Plato, de leur côté, sont une mesure du taux de sucres fermentescibles présents dans un moût de bière avant sa fermentation. Plus il y a de sucres fermentescibles, plus la fermentation est susceptible de produire de l’alcool; vous comprendrez donc qu’un moût dans les 14 degrés Plato produira davantage d’alcool qu’un moût de 10 degrés. Une carte des bières ressemble donc souvent à celle-ci :

Depuis quelques années, vous apercevrez aussi deux termes indicatifs d’un conditionnement particulier :kvasnicové et nefiltrované. Les bières kvasnicové, peu importe leur couleur ou leur degré Plato, sont conditionnées à même le fût à l’aide d’un ajout de levure. Les lagers désignées nefiltrované, vous l’aurez deviné, ne sont tout simplement pas filtrées.

Les styles de bière endémiques à la République Tchèque sont :

Světlé Výčepní (10° et moins)

Sans équivoque, voici le style le plus populaire en République Tchèque. Son degré d’alcool plus léger (entre 3% et 4%) fait qu’on peut boire quelques pintes en une journée sans en ressentir d’effets importants. Des tranches de pain liquide, quoi. Le houblon est peu présent, l’orge offre des saveurs subtilement sucrées et l’effervescence picote sur la langue. C’est une lager de tous les jours, très digeste.

Parmi nos préférées :

-Koutský 10°, de Pivovar Kout na Šumavě

-Hubertus Světlé Výčepní 10°, de Pivovar Kacov

-Únětice 10°, de Únětický Pivovar

Světlý Ležák (autour de 12°)

Voici la « Pilsener tchèque » brassée partout en Amérique du Nord. À toutes fins pratiques, on pourrait dire que c’est l’omniprésente Pilsner Urquell qui a transmis le terme Pilsener au reste de la planète brassicole, mais en Tchéquie, on parle de Světlý Ležák pour parler de ce type de bière. Le terme « Pilsener » désigne seulement la marque de commerce que tout le monde connaît. Ces Světlý Ležák sont très bien maltées, plus charnues que leurs voisines allemandes grâce au malt d’orge de Moravie. Le houblon Saaz (appelé Žatec en Tchéquie) s’exprime de l’arôme à l’amertume. La richesse des ingrédients locaux s’équilibre parfaitement avec le corps facile à boire. Une véritable perle du monde brassicole.

Parmi nos préférées :

-Koutský 12°, de Pivovar Kout na Šumavě

-Svatý Norbert Velikonoční 13°, de Klásterní Pivovar Strahov

Světlé Speciální (14° et +)

Un esprit nord-américain attiré par les expériences gustatives intenses déduirait, logiquement, que la 14 degrés est plus forte, donc plus houblonnée, plus maltée, etc. Détrompez-vous! Ces Speciální ne sont pas des versions sur-houblonnées des 12 degrés. Elles sont plutôt miellées, peu amères et un peu liquoreuses. On pourrait donc dire que le style s’apparente aux Heller Bock allemandes.

Parmi nos préférées :

-Vyškovské General, de Pivovar Vyškov

-Dobřansky Sekáč, de Modrá Hvězda

Polotmavé

« Polotmavé » signifie littéralement « demi-foncée ». Au Québec, nous les appelons « rousses ». Un peu comme chez nous, ces rouquines sont axées sur le malt d’orge et ses sucres légèrement caramélisés aux accents fruités. Le houblon Saaz ajoutera quelques notes herbacées afin d’équilibrer le tout. Contrairement à chez nous cependant, les basses températures de fermentation de ces Polotmavé scellent chaque gorgée d’une sècheresse qui s’allie habilement aux houblons subtilement amers.

Il est très rare qu’une brasserie offre deux Polotmavé à la fois. Le même rapport de force que chez les Světlé existe tout de même; plus le degré Plato est élevé, plus la bière sera riche. Cependant, le houblon n’étant pas si capital à ce style, les différences de profils de saveurs ne sont pas aussi précises que pour les Světlés. Les consommateurs demandent donc la Polotmavé du menu, si tel est leur désir, peu importe son degré Plato.

Parmi nos préférées :

Svaty Florian Polotmavé 11°, de Minipivovar Loket

Polotmavý Speciál 12°, de Pivovar Bašta

Polotmavý Speciál 13°, de Velkoribnický Hastrman

Dobřansky Dragoun 16°, de Modrá Hvězda

Tmavé (Černé)

Comme les Polotmavés, il est très rare qu’une brasserie offre deux Tmavés, ou Cernés, à la fois. Même si les versions Vycepni tendent aussi à être minces et plus digestes, le client commandant une Tmavé cultive habituellement une passion pour ses saveurs délicatement rôties, caramélisées et fruitées. La teneur en alcool lui importe peu. Jadis, les femmes buvaient ces lagers noires, alors que les hommes se gavaient des blondes. Aujourd’hui, un homme ne fera plus rire de lui s’il prend une pinte de Tmavé…

Parmi nos préférées:

Koutský 18° Tmavý Vánoční Speciál, Pivovar Kout na Šumavě

Krkonosský Medved Tmavý Lezák 12°, de Minipivovar Vrchlabi

14° Tmavé, de Modrá Hvězda

1 commentaire

Laisser un commentaire