Qu’est-ce qu’une Kellerbier?

Voici un reportage photo fait en Franconie allemande afin de démontrer le sens du terme ‘Kellerbier’ utilisé, entre autres, par Les Trois Mousquetaires. Est-ce vraiment un style de bière?

Pour commencer, un ‘keller’, en Franconie allemande, était un trou dans la terre, fait plus souvent qu’autrement dans une butte ou petite colline. On l’utilisait afin d’entreposer des vivres au frais. Vous aurez deviné qu’avant la venue de la réfrigération, ces kellers servaient également à entreposer… la bière!

En voici un autre keller, cette fois-ci sculpté à même le roc. Celui-ci avait quelques tunnels communicants:

Vue intérieure du keller dans le roc:

Aujourd’hui, près de 500 kellers subsistent en Franconie. Mais ce terme représente dorénavant le biergarten qui est placé à la sortie du trou servant à entreposer la bière. On y place plusieurs tables de pique-nique et on y sert la bière fraîchement sortie du ‘trou’ dans la terre:

Vue intérieure de ce souterrain d’entreposage sous le Hebendanz Keller, situé dans la Kellerwald (i.e. la forêt des kellers), à Forchheim:

Vue d’une de nombreuses tables de pique-nique entourée de bois du Roppelt Keller, à Stiebarlimbach. On s’y rassemble en famille pour boire la bière du village, mais aussi pour manger et laisser les enfants jouer dans les jeux tout près:

Dans un keller, on sert la bière dans des ‘krugs’. Si vous préférez, des chopes de grès de 500ml ou 1 litre. En plus de protéger la bière du soleil, le grès garde le précieux liquide au froid plus longtemps:

Voici une petite maison où la bière de la brasserie locale est servie aux côtés de charcuteries, bretzels, etc. Un bâtiment omniprésent dans les kellers d’aujourd’hui:

Peu importe où on est assis, voici la vue du ciel lorsque nous sommes attablés dans un keller:

Et tout est mis en place pour que tout le monde soit heureux. Un bel exemple de la portée du mot ‘bière’ en Allemagne:

Et ça goûte quoi une ‘Kellerbier’? Ça goûte ce que le brasseur veut qu’elle goûte. Ce n’est pas un style avec des définitions rigoureuses comme plusieurs styles conçus en Amérique du Nord. Certaines sont bien houblonnées, d’autres sont légèrement torréfiées, certaines sont légèrement céréalières, d’autres sont passablement amères. Mais dans presque tous les cas, elles sont peu gazéifiées et sont non filtrées et non pasteurisées. Une version allemande de la ‘real ale’ anglaise, en quelque sorte. Du bonbon pour ces journées ensoleillées sous les arbres…

Laisser un commentaire