8 résolutions pour le trippeux

On croise les propos de centaines de passionnés par année dans nos lectures comme dans nos pèlerinages brassicoles, ici et ailleurs. Et, même si le milieu est plus vivant que jamais auparavant, il nous arrive d’apercevoir et d’entendre des choses qui nous font penser à des résolutions que nous avons prises dans le passé qui nous ont aidées à cheminer dans l’univers de la bière. Voici donc sans plus tarder une petite collection d’observations qui, nous le souhaitons bien, ferons de nous tous des dégustateurs plus pertinents… et plus zen!

1-Oser reboire les bières classiques d’une brasserie qu’on apprécie ou qu’on a aimées et qu’on aurait délaissées au profit de nouveautés d’apparence plus sexy

Les bières brassées maintes et maintes fois par une brasserie bien établie sont celles que la dite brasserie maitrise le mieux. Ce n’est pas pour rien que vous avez tombé en amour avec certaines de ces bières dans le passé !

2-Partager ses meilleures prises avec davantage d’amis ; on ne le fait jamais assez

Confronter ses perceptions avec autrui est une des meilleures façons d’évoluer en tant que dégustateur. De plus, il y a tellement de bon monde dans l’univers de la bière. Ce serait triste de s’en priver.

3-Voyager une fois hors de sa zone de confort afin d’en apprendre davantage sur des types de bière qu’on connaît moins ou qu’on pense trouver anodins.

Détrompez-vous, les ales anglaises ne sont pas ‘flattes’ et ‘température pièce’. Les Pilseners et Helles allemandes ne sont pas quasi-insipides. Les lagers tchèques ne sont pas toutes des copies de la Pilsener Urquell. Si vous pensez ainsi, c’est que vous avez bu des versions fatiguées par les conditions d’exportation, des bières de brasseries qui veulent rejoindre la masse ou même des versions nord-américaines brassées sans souci pour l’authenticité. Ne tombez pas dans le piège de la sédentarité et allez voir par vous-mêmes ! Du même coup, vous découvrirez qu’il y a très peu de brasseries en Amérique du Nord qui font des styles anglais comme les Anglais le font, qu’il y a très peu de brasseries qui font des styles allemands comme les Allemands le font et qu’il y a encore moins de brasseries hors-Tchéquie qui font des lagers comme les Tchèques les font.

4-Dépenser moins d’argent sur des échanges dispendieux et mettre cet argent sur la résolution précédente

Comptabilisez les nombreuses boites que vous avez expédié vers nos provinces et états voisins et vous y trouverez une merveilleuse façon de vous évader en chair et en os la prochaine fois. Croyez-nous : c’est entre autres de cette façon que nous avons pu commencer à voyager autant il y a une près d’une dizaine d’années !

5-Parler moins de ses goûts personnels et doser avec des tentatives d’objectivité

Une plus difficile celle-là qui demande du recul et de l’analyse de soi. Un effort de retenue personnelle que nous oublions de faire nous-mêmes à de maintes reprises lors de dégustations, lors de conversations virtuelles, etc. Pourquoi serait-ce mieux pour tout le monde si on tentait de doser nos propos à l’aide de parcelles d’objectivité ? Parce que ça permet à tous de s’inclure à notre conversation. Et pourquoi est-ce intéressant de faire ainsi ? Relisez le numéro #2 ci-dessus. 😉

6-Ne pas comparer une Imperial Stout aux épices à 15% avec un Stout classique à 5%

La révolution brassicole américaine a fait naître quantité de variations extrêmes de styles classiques. Tant mieux ! Ça ne fait qu’augmenter la diversité de saveurs, de textures et d’intensités disponibles dans le vaste monde de la bière. Cependant, cette propension pour l’extrême fait naître des commentaires du genre : « c’est la meilleure Pilsener ever ! » alors qu’on parle d’une version barriquée titrant 9% d’alcool… Bref, si on fait l’effort de comparer des oranges avec des oranges, on risque tous d’avoir encore plus soif pour du jus de qualité.

7-Arrêter de faire vieillir des bières en grande quantité

C’est simple, trop de bouteilles dans nos celliers dépériront et les collectionner ne fait que diminuer nos chances de se payer du bon temps. Si vous faites des recherches sur le vieillissement (bonjour gens du Marché du Village à Ange-Gardien !), on vous félicite pour votre diligence, bien sûr. Mais sinon, rappelez-vous que la très grande majorité des bières n’est pas conçue pour vieillir. La bonification peut se faire, mais sur quelques mois ou quelques petites années seulement. Sur certains types de bières seulement. Et même là…

8-Lire plus de livres et d’articles spécialisés sur ce sujet qu’on aime tant !

Des gens compétents partout en Occident dépensent beaucoup d’énergie afin de monter un grand nombre de publications, virtuelles ou papier, afin d’instruire et de faire évoluer cet univers que nous aimons tant. Encouragez-les en vous abonnant à un magazine et en rajoutant un ou deux sites Web ou blogues spécialisés sur votre liste de lecture hebdomadaire.

Sur ce, bonne année! On s’en prépare une belle de notre côté et nous vous souhaitons d’en faire tout autant!

Laisser un commentaire