Est-ce qu’un prix de la World Beer Cup est plus significatif qu’un obtenu via la Ratebeer Best by Style Category?

Nombre de brasseurs et acteurs du milieu brassicole reviennent au bercail en fin de semaine, forts de leurs expériences d’apprentissage aux multiples conférences offertes par le Craft Brewers’ Conference 2014, cette année ayant lieu à Denver, au Colorado. C’était aussi l’occasion de participer à une compétition de grande envergure; un défi auquel non moins de 4900 bières ont été soumises, par près de 1400 brasseries de 60 pays différents! En effet, la World Beer Cup se veut une des compétitions brassicoles les plus ambitieuses de la planète, demandant une organisation monstre, une logistique complexe et une quantité de juges internationaux effarante pour juger les quelques 99 catégories à l’honneur. Avec raison, obtenir un prix du World Beer Cup rend le sourire au plus exigeant des brasseurs. Mais est-ce que ce concours est plus valeureux que le Ratebeer Best Beers by Style Category, de Ratebeer.com? Est-ce que cette dernière compétition virtuelle examinée si minutieusement ces dernières années, en bout de ligne, mériterait autant d’attention que la gigantesque World Beer Cup? Comparons ces deux concours d’envergure un instant:

-Les juges: Sans doute la force du World Beer Cup. Tous les juges sont reconnus par l’industrie, possèdent des connaissances des procédés de brassage, proviennent de plusieurs pays sur la planète, etc. Sur Ratebeer, les juges font partie du peuple. Donc, une grande quantité d’amateurs néophytes se mélange à des dégustateurs chevronnés, certains faisant de l’industrie également, de provenance diverse à prédominance américaine somme toute. 

À la WBC, ça ne prend que trois ou quatre juges pour éliminer une bière dans la première ronde de compétition de chaque catégorie. Le sort de milliers de bières est dans les mains de trois ou quatre personnes. Ensuite, dans la ronde finale d’une catégorie, c’est une tablée de sept ou huit experts qui prend la décision ultime, en mode concertation. À Ratebeer, l’éligibilité au concours est octroyée lorsque 20 personnes (plusieurs non spécialistes) ont pris le temps de partager leur appréciation d’une bière donnée.

-Le nombre de catégories: La World Beer Cup compte non moins de 99 catégories pour lesquelles une médaille d’or, d’argent et bronze sont décernées. Le Ratebeer Best Beers by Style Category comporte plutôt une vingtaine de catégories, préférant regrouper plusieurs styles de bière possédant des similarité de saveurs. Mais Ratebeer donne cinq médailles d’or, cinq d’argent et cinq de bronze par catégorie. Le nombre total de médailles est donc du même ordre.

-Fraîcheur des échantillons: Toutes les bières arrivent grosso modo en même temps au World Beer Cup, soit un mois avant la compétition (ceux de l’extérieur voyagent davantage, mais arrivent également à la même période, par avion). Certains juges ont noté encore une fois cette année l’oxydation de bières d’outre-mer malgré le transport somme toute efficace. Il y a de toute évidence des nuances chimiques à l’oeuvre lorsque des bières délicates – qui comprennent tout de même la grande majorité des styles de bières – traversent temps et espace pour se rendre loin de leur lieu de confection. Avantage aux bières brassées près du lieu du festival alors? Chez Ratebeer, les bières sont bues au brouepub ou dans les bars, là où la fraicheur est optimale. Lors de dégustations à la maison toutefois, il n’y a pas de contrôle sur la provenance et l’âge des bières dégustées.

-Participants: Toutes les brasseries du monde ont accès aux deux compétitions. Au World Beer Cup, il faut défrayer des coûts, alors que tout le monde est accepté de facto par Ratebeer Best. Ce qui fait qu’au World Beer Cup, toujours présenté aux États-Unis, près du 2/3 des brasseries participantes sont américaines. Chez Ratebeer,  il n’y a pas domination d’un pays à la base. Il ne faut pas oublier cependant qu’il y a davantage de ‘juges’ de souche américaine, ce qui pipe les dés tout de même.

-Critères de sélection des gagnants: La WBC utilise un système hyper précis qui dicte aux juges et aux brasseurs comment une bière d’une catégorie donnée doit sentir, goûter, etc.  Plusieurs catégories sont assez ouvertes alors que d’autres sont conçues en fonction de ces critères pré-établis. Un grand nombre de bières sont donc disqualifiées d’emblée parce qu’elles sont hors-norme; et un grand nombre de « modérées » l’emportent. De plus, les juges ne peuvent être influencés par la réputation des brasseries participantes parce que toutes les dégustations sont faites à l’aveugle. Ce qui nous fait découvrir un grand nombre de brasseries de qualité qui ne jouissent pas nécessairement de l’engouement médiatique de leurs compétitrices.

Du côté du Ratebeer Best, c’est la méthode hédoniste qui est d’office. Le seul critère affectant le pointage de la très grande majorité des ‘juges’ est le plaisir. Est-ce que ça sent bon? Est-ce que ça goûte bon? Avec de tels directives, il est normal que les extrêmes gagnent souvent. Un regard rapide à leur Top 50 nous démontre les nombreuses failles de ce système (prenez note du style de chaque bière paraissant dans cette liste…). Cependant, force est d’admettre que la créativité n’est jamais mise de côté et qu’une simple dérogation à des critères stylistiques ne change en rien la valeur gustative de la bière. Comme dans la vraie vie, quoi. Or, les amateurs jugeant de la qualité de ces bières de par le monde ne peuvent que difficilement faire fi de la réputation collée aux bouteilles qu’ils achètent et des brouepubs qu’ils visitent.  À ce niveau, la World Beer Cup fait un travail colossal pour niveler les chances.

Conclusion? Peu importe le concours, il faut se réjouir de ce type d’initiatives mettant en valeur des brasseurs de talent. Aucun concours ne frisera la perfection, à court terme surtout. Il ne faut donc pas se surprendre si notre brasserie fétiche n’a pas gagné de prix à une compétition importante; elle en gagnera sûrement à un autre concours, n’ayez crainte.

En tant que consommateurs, il importe de rester vigilant quant à l’exécution de chacune de ces épreuves afin de connaître la signification de tous ces prix qui ornent les bouteilles que l’on reluque chez nos détaillants préférés. La World Beer Cup est certainement une occasion d’en apprendre sur les forces d’un grand nombre de brasseries. La Ratebeer Best Beers by Style Category aussi. C’est vrai que leur « Best Beers in the World » est une vulgaire compétition de gâteaux au chocolat liquéfiés. Mais est-ce que sa Best Beers by Style Category mériterait de faire parler d’elle davantage et ce, en bien? On dirait bien que ‘oui’…

Laisser un commentaire