Granås Gård, ferme brassicole de la région de Stjørdal

Morten Granas, fermier, malteur artisanal et brasseur

Avertissement de difficulté: ce voyage brassicole est en partie inaccessible au public, puisque nous visitions des brasseurs maison, mais en partie ouvert à ceux prêts à faire des réservations à l’avance. Ce dernier est un pré-requis à la découverte de la ferme Granas. 

Dans le hameau de Hegra, non loin de la ville de Trondheim au centre-nord de la Norvège, un homme brasse dans un chaudron en fer d’environ 300 litres depuis quelques décennies maintenant. Comme la très grande majorité des fermiers de la Norvège qui brassent de la bière traditionnelle, il brasse surtout dans le temps des Fêtes. Mais étant un tantinet plus entrepreneur que ses comparses de la campagne, il accepte les groupes sur sa ferme, la Granas Gard. C’est pourquoi il brasse 1500 litres pour Noël. Le reste de l’année, il brasse selon l’affluence de visiteurs chez lui. Raison de plus de réserver à l’avance avant de visiter question de ne pas se heurter à une brasserie sans bière…

Les planches de bois perforées de sa mini-malterie qui laissent passer le feu du bois d’aulne servant à sécher le malt

Morten Granas malte son orge lui-même, comme une quarantaine de personnes de la région d’ailleurs. Le tout se passe dans une cabane à côté de sa toute petite brasserie maison. Le caractère principal de sa production provient du fait qu’il sèche son malt avec la fumée du bois d’aulne utilisé, telle que le veut la tradition locale. Si le goût de fumé d’un lot de malt est très prononcé, il équilibre le tout avec du malt Pilsener qu’il achète de l’Allemagne.

Ce type de brassin très primitif ne vient pas sans son lot de heurts. Pour la première fois récemment, une petite partie de sa malterie a passé au feu, l’obligeant à reconstruire ses planches de bois sur lesquelles reposent son malt. Autres exemples de la rusticité de son opération: son eau de brassage, encore une fois à l’image de nombreux brasseurs traditionnels de la Norvège, est une infusion de branches de genévrier, ce qui octroie un goût subtil d’épines aux côtés du houblon d’amertume, en plus d’aider à colorer la bière considérablement. Ses levures? De simples levures à pain, ce qui était également commun à l’époque.

Un des bâtiments principaux de la ferme devant la minuscule brasserie

Morten Granas diffère de ses comparses régionaux en ce qu’il vient d’obtenir une licence pour vendre des bouteilles PET remplies de sa bière et ce, à l’extérieur de la ferme. Il nous a confié vouloir participer à une foire locale bientôt afin de présenter ses premières bouteilles officielles. Jusqu’à maintenant, ses clients pouvaient repartir d’une visite de la ferme avec une bouteille en plastique de sa bière… mais une bouteille étiquettée 7Up…

Un des superbes chevaux de la ferme

Qu’est-ce qu’elle goûte cette Maltøl de Morten Granas? D’emblée, un puissant parfum de fumée mène à des flaveurs terreuses évidentes; la ferme Granas liquéfiée, quoi. Puis, cette terre aux arômes de lendemain de feu de camp devient fruitée, avec le genièvre en arrière-plan. Le tout dans un corps relativement sec et à peine gazéifié, voire tranquille. Ce manque de gazéification, très commun à plusieurs types de bières fermières de Scandinavie et des pays Baltes, rend la bière plus facile à boire, croyez-le ou non.

Le foyer sous le plancher de la malterie maison

Avant de venir ici, nous croyions trouver des liens évidents entre la bière de Granas et la Stjørdalsøl de Klostergården. Après tout, les deux proviennent de la même région, des mêmes traditions, des mêmes méthodes de brassage, etc. Mais, étonnament, cette Maltøl de Granas diffère vraiment de la Alstadberger, cette Stjørdalsøl embouteillée commercialement. À part la fumée d’aulne et le genièvre qui demeurent bien présents dans chaque bière, ce sont deux bières différentes. Est-ce que les autres fermiers de la région brassent des bières aussi uniques les unes des autres? Faudrait assister à la compétition annuelle de bières traditionnelles de Stjørdal afin d’obtenir une réponse plus précise…

Laisser un commentaire